Programmation courante

Hiver 2022

MARILOU LEMMENS

Marilou Lemmens
Mercredi 26 janvier 2022
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici)
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : abstractions, connaissance, animaux, soin, art public, histoire

Lors de sa conférence, Marilou Lemmens présentera trois volets de la recherche artistique qu’elle mène depuis 2016: le rôle des abstractions dans la production de la connaissance, le design des expériences en laboratoire visant à mesurer l’intelligence des animaux et finalement, l’élargissement des concepts d’hospitalité, de soin et de communication entre les espèces. De plus, elle discutera du rôle de l’art public, de son rapport à la société actuelle et de sa capacité à développer d’autres manières de concevoir et de représenter l’histoire.

Marilou Lemmens vit à Durham-Sud au Québec. Avec Richard Ibghy, le duo crée des installations, des vidéos, des sculptures, des photographies et des livres d’artistes. Iels ont réalisé de nombreux projets, notamment au Ulrich Museum aux États-Unis, à la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement au Québec, au Henie Onstad Kunstsenter en Norvège, à la OFF-Biennale Budapest en Hongrie, au Musée d’art contemporain de Montréal. Leur parcours inclut la participation à plusieurs biennales, dont de Cuenca en Équateur, de Fiskars en Finlande, d’Istanbul en Turquie et de Sharjah aux Émirats arabes unis. (https://www.ibghylemmens.com/)

En 2021-2022, Lemmens est artiste/professeure en résidence pour le poste de Pratique singulière à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.

ERANDY VERGARA

Erandy Vergara
Quand « êtreensemble » est au centre et non aux marges de la pensée et de l’action

Mercredi 2 février 2022
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici)
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.                                                           

Mots-clés : commissariat, politique, marginalité, éthique, action, Nord, Sud

Lors de sa conférence, Erandy Vergara discutera des enjeux éthiques du commissariat. Elle présentera les méthodologies, stratégies et politiques liées à la présentation des arts médiatiques dans un contexte international.  Elle s’attardera aux démarches des sujets marginalisés ou racisés qui cherchent à récupérer leurs espaces d’action dans le monde et dans celui de l’art. Vergara soulignera l’influence des artistes, commissaires et universitaires sur la production de discours. Elle abordera les thèmes, orientations et cadres d’analyse servant à confronter les idées prédéfinies portant sur les positions, sujets et discours du Nord et du Sud, de soi et de « l’autre ».

Erandy Vergara-Vargas est commissaire et chercheuse basée à Montréal, dont la pratique se centre sur le féminisme, l’histoire de l’art mondial, les études curatoriales et le postcolonialisme. Elle s’intéresse aux cultures d’Internet, à l’intelligence artificielle, à l’éthique et à l’esthétique de la participation. Elle est titulaire d’une maîtrise de l’Université Concordia et d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université McGill. Sa feuille de route récente inclut Eastern Bloc/ Sight + Sound Festival en 2021, ISEA2020 Online, la Fondation Phi en 2019-2020 et le Parsons School of Design à New York en 2019. https://erandyvergara.art/

 

 

LABO LUMIÈRE avec Philippe-Aubert Gauthier, Philippe Hamelin, Victor Imbeau, Julie Tremble

Série Tête à Tête
+ Labo lumière
Avec Philippe-Aubert Gauthier, Philippe Hamelin, Victor Imbeau et Julie Tremble

Table ronde en ligne
mercredi 16 février 2022
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal
EN LIGNE – GRATUIT

Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici)
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés :  caméra presbyte, objet myope, réalisme halluciné, affect en lumière, archétype, genèse

L’équipe du Programme ICI est fière d’accueillir un dîner d’étude du Labo lumière [créations + recherches interdisciplinaires] sous l’égide de la série Tête à Tête mettant en valeur les groupes de recherche et les enseignant.e.s de la Faculté des arts de l’UQAM.

Lors de cette table ronde, l’apport multiple de la lumière sera discuté dans les pratiques en art et en imagerie de synthèse. Philippe-Aubert Gauthier examinera la construction historique et culturelle de l’image numérique issue d’une simulation calculée, et qui inonde films et images populaires. Il propose les fondements d’une lumière virtuelle pour créer un œil autre, plus qu’humain, loin de la caméra. Si les émotions sont des effets spéciaux humains qui transforment le réel en y ajoutant un filtre, comment traduire l’affect en effet? Philippe Hamelin partagera ainsi essais, questionnements et fantasmes à propos de la lumière artificielle libérée d’une logique photoréaliste de la représentation. Julie Tremble abordera la possibilité de manipuler la lumière virtuelle comme un objet sculpté, animé, déformé. En divergeant des lois de l’optique, cette artiste tente de faire émerger de l’image réaliste, une vision hallucinée. Victor Imbeau, quant à lui, présentera un prototype virtuel explorant le potentiel esthétique de la fibre optique et les capacités de simulation optique de l’imagerie de synthèse.

Philippe-Aubert Gauthier est ingénieur, PhD (acoustique) et professeur à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Travaillant à la croisée des arts, sciences et technologies, Gauthier a produit plus d’une cinquantaine d’œuvres en arts sonores et numériques. Il est codirecteur du Centre for Interdisciplinary Research in Music, Media and Technology (CIRMMT), membre chercheur de Hexagram et président de Sporobole, un centre d’artistes à Sherbrooke.

Philippe Hamelin explore les différents modes d’association du montage, sous la forme d’installation, de monobande vidéo et d’animation en imagerie de synthèse. Ses essais résultent souvent en un spectacle techno-dramatique. Ses œuvres sont présentées en galerie et dans de nombreux festivals au Canada et dans le monde. 

Victor Imbeau est étudiant au baccalauréat de l’École des arts visuels et médiatiques. Il a étudié le génie physique et les arts visuels. À travers ces deux approches, Imbeau s’intéresse aux notions de perception et de conception spatiales, ainsi qu’à l’intervention artistique dans l’espace social. 

Julie Tremble est une artiste indépendante de la vidéo et de l’animation. Elle produit des œuvres qui entremêlent les données scientifiques, le documentaire et la science-fiction. Son travail est présenté au Canada et à l’international, dans les centres d’artistes et les festivals. 

Partenaires Labo lumière https://labo-lumiere.uqam.ca/ et Hexagram

 



Automne 2021

LOUISE BOISCLAIR

Louise Boisclair
Une triple immersion écosphérique : vie, terre et œuvre

Jeudi 4 novembre 2021
de 17 h 30 à 18 h 30
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

CONFÉRENCE EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).         
Nous n’y sommes pas à 17 h 30 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.
Mots-clés : environnement, art, symbiocène, écosphère

L’équipe du Programme ICI est ravie d’accueillir la théoricienne Louise Boisclair, dont la recherche récente s’articule autour de la question environnementale. Sa nouvelle trilogie, publiée aux Éditions L’Harmattan, inclut les titres Art immersif, affect et émotion (2019) et Émersivité du corps en alerte (2020). S’ajoute à présent le tome 3, Art écosphérique : de l’anthropocène… au symbiocène (2021) dont elle discutera des thèmes pendant sa conférence. L’autrice interroge la cohabitation difficile, entre les humains et la planète, et révélatrice, entre l’art et l’écosphère. Comment renverser l’Anthropocène en Symbiocène? Imaginer et résister, avec art et avec l’art. Par son analyse de plus d’une centaine d’œuvres, Boisclair propose le concept de l’immédiation écosphérique, une quête d’équilibre entre inerte et vivant qui devient transformationnelle. De soi, de l’autre et du monde : une véritable triade écosophique.

Louise Boisclair est chercheure, critique d’art (AICA-Canada), conférencière et essayiste. Elle s’intéresse à l’expérience esthétique où le corps est un pivot. Détentrice d’un doctorat interdisciplinaire en  sémiologie de l’UQAM, elle a complété un postdoctorat à l’Université de Montréal portant sur l’affect et l’émotion entre art et vie. Elle a à son actif plusieurs publications, dont L’installation interactive (2015). Elle s’est mérité de nombreux prix et bourses. Actuellement, elle creuse les rapports entre Vibration, Résonance, Énergie et Corps. Autoéditrice, elle publie des textimages et, à ses heures, pratique le mandala, le collage et le tai-chi.

Affiche Louise Boisclair

HANIEH ZIAEI

Hanieh Ziaei
Jeudi 11 novembre 2021
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

CONFÉRENCE EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : culture, censure, Iran, politique, exil, autocensure, résistance créative

Pour cette deuxième conférence de la saison d’automne 2021, l’équipe du Programme ICI accueille l’iranologue Hanieh Ziaei. Dans le cadre de ses recherches en sociologie, elle étudie le rôle de l’art sous les régimes autoritaires et totalitaires, notamment les dimensions politiques et sociales de l’art contemporain. Hanieh Ziaei discutera de la richesse de la scène artistique et culturelle en Iran, malgré la censure étatique. La conférencière examinera l’espace aléatoire d’une censure négociée, offrant une opportunité de développer l’esprit créatif par la ruse et le détournement. De même, elle évoquera l’autocensure, omniprésente et intériorisée pour une partie des artistes iraniens.

Hanieh Ziaei est sociologue, politologue, commissaire indépendante et membre-chercheure de la Chaire Raoul-Dandurand à l’UQAM. Elle occupe aussi le poste de directrice générale au Centre Culturel Georges-Vanier, en continuant son engagement dans l’enseignement, la recherche académique et l’écriture. De par sa triple culture aux carrefours de Montréal, Bruxelles et Téhéran, elle tisse un dialogue interculturel entre les identités plurielles et hybrides.

ANNE-MARIE NINACS et RICHARD SHUSTERMAN

Série Tête à Tête
Anne-Marie Ninacs et Richard Shusterman
S’effranger ou l’identité mouvante du chercheur entre pratique et théorie

Jeudi 18 novembre 2021
de 17 h 30 à 18 h 30
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal
EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).

Nous n’y sommes pas à 17 h 30 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : philosophie, pragmatisme, histoire de l’art, soma-esthétique, corps et pensée

Pour cette troisième conférence de l’automne, l’équipe du Programme ICI accueille Anne-Marie Ninacs et Richard Shusterman à la série Tête à Tête mettant en valeur la recherche des enseignant.e.s de la Faculté des arts de l’UQAM.

Grâce aux travaux soutenus de Shusterman, le pragmatisme philosophique – ou philosophie comme art de vivre – connaît un essor remarquable depuis trente ans. La « soma-esthétique » qu’il en a tirée permet aujourd’hui d’interroger les dimensions corporelles et sensorielles de champs de recherche les plus divers et elle a, pour cette raison, rapidement été adoptée par des artistes de la danse et de la performance. Mais comment les idées du philosophe sont-elles transformées lorsqu’il s’avance lui-même sur le terrain d’exercice non verbal de ces artistes? Et quels effets ont, sur le travail de l’historienne de l’art Ninacs, les pratiques de vie artistique et de création qu’elle rejoue dans son expérience? Cette conférence veut renverser la relation hiérarchique théorie-pratique pour montrer comment faire confiance au corps peut délier et nourrir la pensée.

Anne-Marie Ninacs est historienne de l’art et professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Elle a auparavant été conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée d’art de Joliette, et commissaire de nombreuses expositions, notamment du Mois de la Photo à Montréal 2011 : Lucidité. Vues de l’intérieur. Ses recherches portent sur la création dans ses relations à la subjectivité, à l’éthique et à la soma-esthétique. Son livre La vie artistique de David Milne : analyse critique est en préparation aux Presses de l’Université de Montréal.

Richard Shusterman dirige le Center for Body, Mind, and Culture à la Florida Atlantic University, où il porte le titre de « Dorothy F. Schmidt Eminent Scholar in the Humanities ». Il a aussi occupé des fonctions académiques à Philadelphie, Paris, Berlin et Hiroshima. Ses recherches abordent les questions liées à la philosophie, à l’esthétique, à la culture, au langage, à l’identité et à la corporalité. Il a publié de très nombreux ouvrages et articles, dont, en français, L’art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire (1992), Vivre la philosophie : pragmatisme et art de vivre (2001) et Conscience du corps : pour une soma-esthétique (2007). Ses plus récentes publications sont Les Aventures de l’homme en or (2016, 2020) et Ars Erotica: Sex and Somaesthetics in the Classical Arts of Love (2021).