Programmation courante

Automne 2021

LOUISE BOISCLAIR - 4 novembre, 17h30-18h30

Louise Boisclair
Une triple immersion écosphérique : vie, terre et œuvre

Jeudi 4 novembre 2021
de 17 h 30 à 18 h 30
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

CONFÉRENCE EN LIGNE – GRATUIT 

Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).                                                                        
Nous n’y sommes pas à 17 h 30 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.                                                           
Mots-clés : environnement, art, symbiocène, écosphère 

L’équipe du Programme ICI est ravie d’accueillir la théoricienne Louise Boisclair, dont la recherche récente s’articule autour de la question environnementale. Sa nouvelle trilogie, publiée aux Éditions L’Harmattan, inclut les titres Art immersif, affect et émotion (2019) et Émersivité du corps en alerte (2020). S’ajoute à présent le tome 3, Art écosphérique : de l’anthropocène… au symbiocène (2021) dont elle discutera des thèmes pendant sa conférence. L’autrice interroge la cohabitation difficile, entre les humains et la planète, et révélatrice, entre l’art et l’écosphère. Comment renverser l’Anthropocène en Symbiocène? Imaginer et résister, avec art et avec l’art. Par son analyse de plus d’une centaine d’œuvres, Boisclair propose le concept de l’immédiation écosphérique, une quête d’équilibre entre inerte et vivant qui devient transformationnelle. De soi, de l’autre et du monde : une véritable triade écosophique.

Louise Boisclair est chercheure, critique d’art (AICA-Canada), conférencière et essayiste. Elle s’intéresse à l’expérience esthétique où le corps est un pivot. Détentrice d’un doctorat interdisciplinaire en  sémiologie de l’UQAM, elle a complété un postdoctorat à l’Université de Montréal portant sur l’affect et l’émotion entre art et vie. Elle a à son actif plusieurs publications, dont L’installation interactive (2015). Elle s’est mérité de nombreux prix et bourses. Actuellement, elle creuse les rapports entre Vibration, Résonance, Énergie et Corps. Autoéditrice, elle publie des textimages et, à ses heures, pratique le mandala, le collage et le tai-chi.

Affiche Louise Boisclair

HANIEH ZIAEI - 11 novembre, 12h45-13h45

Hanieh Ziaei
Jeudi 11 novembre 2021
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal

CONFÉRENCE EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : culture, censure, Iran, politique, exil, autocensure, résistance créative

Pour cette deuxième conférence de la saison d’automne 2021, l’équipe du Programme ICI accueille l’iranologue Hanieh Ziaei. Dans le cadre de ses recherches en sociologie, elle étudie le rôle de l’art sous les régimes autoritaires et totalitaires, notamment les dimensions politiques et sociales de l’art contemporain. Hanieh Ziaei discutera de la richesse de la scène artistique et culturelle en Iran, malgré la censure étatique. La conférencière examinera l’espace aléatoire d’une censure négociée, offrant une opportunité de développer l’esprit créatif par la ruse et le détournement. De même, elle évoquera l’autocensure, omniprésente et intériorisée pour une partie des artistes iraniens.

Hanieh Ziaei est sociologue, politologue, commissaire indépendante et membre-chercheure de la Chaire Raoul-Dandurand à l’UQAM. Elle occupe aussi le poste de directrice générale au Centre Culturel Georges-Vanier, en continuant son engagement dans l’enseignement, la recherche académique et l’écriture. De par sa triple culture aux carrefours de Montréal, Bruxelles et Téhéran, elle tisse un dialogue interculturel entre les identités plurielles et hybrides.

ANNE-MARIE NINACS et RICHARD SHUSTERMAN - 18 novembre, 17h30-18h30

Série Tête à Tête
Anne-Marie Ninacs et Richard Shusterman
S’effranger ou l’identité mouvante du chercheur entre pratique et théorie

Jeudi 18 novembre 2021
de 17 h 30 à 18 h 30
Tiohtià:ke | Moonyiang | Montréal
EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).

Nous n’y sommes pas à 17 h 30 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : philosophie, pragmatisme, histoire de l’art, soma-esthétique, corps et pensée

Pour cette troisième conférence de l’automne, l’équipe du Programme ICI accueille Anne-Marie Ninacs et Richard Shusterman à la série Tête à Tête mettant en valeur la recherche des enseignant.e.s de la Faculté des arts de l’UQAM.

Grâce aux travaux soutenus de Shusterman, le pragmatisme philosophique – ou philosophie comme art de vivre – connaît un essor remarquable depuis trente ans. La « soma-esthétique » qu’il en a tirée permet aujourd’hui d’interroger les dimensions corporelles et sensorielles de champs de recherche les plus divers et elle a, pour cette raison, rapidement été adoptée par des artistes de la danse et de la performance. Mais comment les idées du philosophe sont-elles transformées lorsqu’il s’avance lui-même sur le terrain d’exercice non verbal de ces artistes? Et quels effets ont, sur le travail de l’historienne de l’art Ninacs, les pratiques de vie artistique et de création qu’elle rejoue dans son expérience? Cette conférence veut renverser la relation hiérarchique théorie-pratique pour montrer comment faire confiance au corps peut délier et nourrir la pensée.

Anne-Marie Ninacs est historienne de l’art et professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Elle a auparavant été conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée d’art de Joliette, et commissaire de nombreuses expositions, notamment du Mois de la Photo à Montréal 2011 : Lucidité. Vues de l’intérieur. Ses recherches portent sur la création dans ses relations à la subjectivité, à l’éthique et à la soma-esthétique. Son livre La vie artistique de David Milne : analyse critique est en préparation aux Presses de l’Université de Montréal.

Richard Shusterman dirige le Center for Body, Mind, and Culture à la Florida Atlantic University, où il porte le titre de « Dorothy F. Schmidt Eminent Scholar in the Humanities ». Il a aussi occupé des fonctions académiques à Philadelphie, Paris, Berlin et Hiroshima. Ses recherches abordent les questions liées à la philosophie, à l’esthétique, à la culture, au langage, à l’identité et à la corporalité. Il a publié de très nombreux ouvrages et articles, dont, en français, L’art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire (1992), Vivre la philosophie : pragmatisme et art de vivre (2001) et Conscience du corps : pour une soma-esthétique (2007). Ses plus récentes publications sont Les Aventures de l’homme en or (2016, 2020) et Ars Erotica: Sex and Somaesthetics in the Classical Arts of Love (2021).

Hiver 2021

STEFAN HOFFMANN - 27 janvier, 12h45-13h45

Stefan Hoffmann

mercredi 27 janvier 2021
de 12 h 45 à 13 h 45
Tiohtià:ke | Montréal

EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Rafraîchissez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés: sérigraphie, verticalité, indépendance, in situ.

Pour cette première conférence de la saison d’hiver 2021, l’équipe du Programme ICI accueille l’artiste Stefan Hoffmann qui abordera les aspects de l’autonomie et de l’autarcie comme volonté d’indépendance dans le processus de création. Il discutera de l’évolution de sa pratique artistique dont le processus de création est toujours ouvert aux publics. Ses projets, souvent éphémères et qui prennent plusieurs semaines à accomplir, sont entièrement exécutés en sérigraphie verticale sur les murs et les fenêtres des espaces investis. Cet artiste germano-néerlandais a réalisé de nombreux projets en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, entre autres, au Museum for Contemporary Art de Toronto (Canada), à la Kunsthal de Rotterdam (Pays-Bas), au Andy Warhol Museum de Pittsburgh (É.-U.) et au Museum for Art, Architecture and Design, MARTA Herford (Allemagne). www.stefanhoffmann.nl

En 2019-2021, Stefan Hoffmann est artiste/professeur en résidence pour le poste de Pratique singulière à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.

Affiche_conf_stefan_hoffmann

RAJATH SURI - 17 février, 12h45-13h45

Rajath Suri

Mercredi 17 février 2021 de 12 h 45 à 13 h 45, Tiohtià:ke | Montréal

EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : Mongolie, Land Art, nomadisme, matérialité, rencontre, altérité, environnement

La Mongolie est un territoire complexe de réalités culturelles et historiques. Les identités et les coutumes des collectivités qui y existent depuis des temps très anciens ont en commun la proximité avec la nature nue et crue ainsi que le nomadisme comme langage et mouvement fondamentaux. En proximité avec les personnes, la faune et les matières organiques à portée de main, comment les artistes locaux et internationaux ont-ils abordé la création durant la Biennial Land Art 360° et comment ont-ils été transformés par sa rencontre? Commissaire de l’édition inaugurale de cette biennale en 2010, Rajath Suri nous parlera des thèmes de cet évènement artistique qui se voulait lieu d’expérimentation et de création in situ.

Rajath Suri est critique d’art, chercheur et commissaire. D’origine canadienne, son travail a été présenté en Chine, au Québec et à l’international. D’abord impliqué au sein de galeries à Montréal, il a ensuite travaillé durant dix-huit années comme commissaire en Chine. Déporté de ce pays en 2018, Suri habite maintenant à Montréal. Il est l’auteur de textes critiques portant sur l’art, le théâtre et le butô, publiés en Chine et parfois dans des journaux samizdats. Il a œuvré dans le milieu de l’édition en art et en littératures expérimentales, dans les milieux du cinéma et de la télévision, du théâtre expérimental et de la danse contemporaine à titre de directeur artistique et de conseiller, dont le Xi’an Academy of Fine Arts qui a été partenaire d’enseignement de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.

Prochaine conférence le 10 mars : Louise Pelletier et Audrey Contesse

LOUISE PELLETIER et AUDREY CONTESSE - 10 mars, 12h45-13h45

Exposer l’architecture : une pratique spatiale

Une discussion entre Louise Pelletier et Audrey Contesse

La série Tête à tête du Programme ICI met en valeur la recherche des enseignant.e.s de la Faculté des arts de l’UQAM.

Mercredi 10 mars 2021, 12 h 45 – 13 h 45
École des arts visuels et médiatiques, UQAM, Tiohtià:ke | Montréal

EN LIGNE – GRATUIT
Rendez-vous à la chaîne YouTube du Programme ICI (cliquez ici).
Nous n’y sommes pas à 12 h 45 ? Actualisez la page de votre fureteur Web.

Mots-clés : architecture, exposition, commissariat, site, imaginaire culturel

Exposer l’architecture soulève la question de la représentation et de la médiation entre ce qui est exposé et son contexte. Conçu en fonction d’un site, d’un programme ou d’un usage spécifique, le projet d’architecture présenté dans un espace d’exposition doit redéfinir son rapport au lieu et à l’usager. Extrait de son contexte spatio-temporel et socioculturel, le contenu exposé est soumis à un regard commissarial et mis en espace de façon à révéler son imaginaire culturel, souligner sa pertinence et recréer un environnement qui présentera à un public élargi une expérience contemporaine significative. Louise Pelletier et Audrey Contesse s’entretiendront autour du rôle du commissaire et du designer d’exposition en prenant comme exemple quelques projets récents réalisés au Centre de design de l’UQAM.

Louise Pelletier est diplômée de l’École d’architecture de l’Université Laval et détient une maîtrise et un doctorat en architecture de l’Université McGill. Professeure à l’École de design de l’UQAM depuis 2006, elle a été directrice du programme de design de l’environnement ainsi que de l’École de design. Elle est actuellement directrice du Centre de design de l’UQAM. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages portant sur l’histoire et la théorie de l’architecture et a participé à titre de commissaire et designer invitée à plusieurs expositions à Montréal, au Japon, au Brésil et en Norvège. Ses recherches actuelles portent sur la mise en exposition du design et de l’architecture. Elle est membre cochercheure de Hexagram, le réseau de recherche-création en arts, cultures et technologies.

Audrey Contesse est architecte et historienne de l’art et de l’architecture. Depuis 2019, elle est directrice de l’Institut Culturel d’Architecture Wallonie-Bruxelles en Belgique. En tant que commissaire d’exposition, elle a présenté en 2018 l’exposition Unbuilt Brussels #2 – (re)compose the city au CIVA à Bruxelles et l’exposition entrer: en interférence à Montréal. Elle fut commissaire de entrer: cinq architectures en Belgique qui s’est tenue à Paris (2015), puis à Genève (2016) et à Londres (2017). Elle est co-auteur de XX Models.Young Belgian Architecture, Inventaires 0 & 1, et Flanders Architectural Review N°12. Tailored Architecture. Entre 2006-2015, elle a été secrétaire de rédaction francophone puis rédactrice en chef de la revue A+ Architecture In Belgium.

Partenaires Centre de design de l’UQAM et Hexagram.